Histoire du karaté

gichin-funakoshi

Gichin Funakoshi, le père du karaté moderne

Gichin Funakoshi est né le 10 novembre 1868 à Yamakawa, dans la préfecture d’Okinawa. Descendant d’une famille de samouraï, il naquit pourtant dans une famille modeste. Il commença l’étude du karate à l’âge de 11 ans et ses tuteurs comptaient parmi les plus grands maîtres d’Okinawa. Les entraînements de l’époque étaient traditionnels, physiques, se déroulaient souvent la nuit et l’on apprenait le karaté pas à pas (un kata tous les trois ans). Il atteignit rapidement le niveau de ses maîtres et devint à son tour instructeur d’Okinawa.

Avec l’aide du créateur du Judo, Jigoro Kano, Gichin Funakoshi fût le premier à faire une présentation officielle du Karaté à Tokyo en 1922. Il fût critiqué dès lors par de nombreux maîtres d’Okinawa pour avoir transmis “l’art secret”. Il ira s’installer sur l’île principale du Japon pour y enseigner. Le karaté n’était plus un art martial d’Okinawa, il devenait Japonais et allait s’étendre dans le monde entier. Funakoshi publia en novembre 1922 un livre : “Ryû Kyû Kenpô Karate” qui sera détruit lors du tremblement de terre de 1923, mais il en éditera un autre : “Rentan Goshin Karate Jitsu”. ce n’est qu’en 1935 qu’il publiera un ouvrage de référence : “Karate Dô Kyohan”.

Funakoshi, âgé de 53 ans, va ainsi commencer à enseigner dans les universités japonaises et travailler comme gardien de dortoir. Le karaté du maître commence à se développer, plusieurs “clubs” universitaires vont se créer et le maître ira y enseigner (le karaté moderne naissait, ce n’était plus l’élève qui venait voir le senseï mais le senseï qui se déplaçait pour instruire des élèves en très grand nombre).

Malheureusement le fait d’enseigner à des jeunes de manière traditionnelle (kata et bunkaï uniquement) allait se retourner contre Funakoshi, ses élèves avaient envie d’aller plus loin, pratiquer le kumite, ce qu’il se refusait de faire. Il arrêta par la suite d’enseigner dans de nombreux dojo universitaires. Ce n’est qu’en 1936 qu’il va faire construire au Japon, avec l’appui de ses élèves, sa propre école, le Shotokan (“la maison des Pinèdes”. Gichin Funakoshi était écrivain, il signait ses oeuvres sous le pseudonyme de “Shoto”, car il aimait à se retirer dans une Pinède pour y chercher l’inspiration). Ce dojo donnera le nom au style de karaté. Ce Shotokan comprenait 15 kata fondamentaux et plusieurs créations personnelles, dont les trois kata Taikyoku (shodan, nidan, sandan) qu’il avait conçu avec l’aide de son fils Yoshitaka.
Le Shotokan va être totalement détruit pendant la seconde guerre mondiale et de nombreux élèves de la première heure seront tués au cours de cette guerre. Le Shotokan sera rebâti à l’identique à la fin de celle-ci.

Après la guerre les choses vont s’accélérer, Funakoshi restera en retrait du dojo et laissera évoluer le cours des choses. Il décéda en 1957, laissant derrière lui un Shotokan en pleine mutation. Ses cendres seront dispersées à Okinawa, terre de ses débuts de karatéka…

yoshitaka-funakoshi

Yoshitaka Funakoshi, Le fils qui va changer la face du Shotokan

Son fils, et élève, Yoshitaka (né en 1906) va apporter des modifications au style de son père. il va introduire la pratique des kumites, agrandir les positions pour “s’ancrer” davantage au sol et mettre en avant l’utilisation des hanches. Son entraînement fût intense, voire excessif, se sachant malade et condamné (il avait contracté une pneumonie dans sa jeunesse), il a poussé son corps dans ses derniers retranchements avec des entraînements toujours plus éprouvants et est devenu un karatéka d’une très grande puissance physique. Instructeur principal au dojo du Shotokan, Il va transmettre un karaté différent de celui de son père. Il va en plus mettre au point les Yoko-Geri, Mawashi-Geri et Ushiro-Geri, les mouvements vont devenir plus amples et les positions bien plus basses. A partir de 1940, après le départ pour okinawa de Funakoshi père, Yoshitaka va dispenser ses cours à de nombreux kamikazes, le spirituel s’éteignant derrière le besoin d’efficacité. A la fin de sa vie, il ne viendra enseigner au Shotokan que un ou deux jours par semaine et seulement à des gradés avec lesquels il s’entraînait depuis longtemps. Il s’éteignit en 1945.

nakayama-masatoshi

Nakayama Masatoshi, Le successeur officiel de Funakoshi

Nakayama Masatoshi est né en 1913 au Japon, il sera initié dès l’âge de 10 ans au Judo et dès 13 ans au Kendo par son père. A l’âge de 19 ans il entre à l’université de Takushoku pour étudier l’art et l’histoire. Il va ainsi découvrir le karaté enseigné à l’époque par Gichin Funakoshi lui-même. Les entraînements étaient d’inlassables et éprouvantes répétitions de kata et de frappes sur makiwara. Il restera 5 ans auprès du maître avant de partir pour la Chine dans le cadre de ses études. Il continuera à s’entraîner et découvrira les boxes chinoises et le Tai Chi Chuan. Ce n’est qu’en 1945 qu’il revient à Tokyo où il ne trouve qu’un shotokan détruit par les bombes. Beaucoup de ses anciens partenaires d’entraînements sont morts. En 1949 il crée la Japan Karaté Association avec l’aide de Nishiyama senseï et de Takagi senseï. Ainsi, sont formés nombre d’instructeurs chargés d’enseigner le karaté Shotokan à travers le monde. En 1957 il organise les premiers championnats du Japon, il instaure aussi un système de grade à 8 dan. Nakayama va écrire de nombreux ouvrages sur les techniques du Shotokan-Ryu. Il s’est éteint en 1987 à l’âge de 74 ans.